J’ai demandé aux habitants du camp Aïda à Bethléem d’esquisser des cartes de ce qui les entoure. Les dessins en train de se faire ont été enregistrés en vidéo, de même que les récits qui animent ces géographies subjectives. À travers six chapitres qui forment autant de courts-métrages potentiellement indépendants, vous découvrirez pas à pas le camp de réfugiés et ses environs, vous suivrez les trajets de quelques personnes et leurs tentatives de composer avec l’état de siège sous lequel ils vivent. Un hommage à ce que j’appellerai résistance par contournement, à l’heure où la possibilité même de cette résistance semble disparaître.


I have asked inhabitants of Aida Camp, Bethlehem, to draw maps of what they see around them. The drawing process as well as the stories related to those subjective geographies have been recorded on video. Through six chapters that form as many potentially independent short films, step by step you’ll discover the refugee camp and it’s surroundings, you’ll follow the routes of some persons and their attempts to deal with the state of siege they live under. Let’s call it a tribute to resistance by going around obstacles, in times where the very possibility of that resistance seems to be vanishing.

Sound Sculpture (1975), ed. John Grayson, 1975

 

A collection of essays by artists surveying the techniques; applications; and future directions of sound sculpture.

 

Sound Sculpture is the first publication to deal completely with this new art form. It’s a collection of over 30 articles and essays by an international cross section of Sound Sculptors who define and outline the field. It’s also a definitive introduction to the history of Sound Sculpturing. Included are over 150 photographs and drawings illustrating the construction of such unusual projects as: how to build a Western Gamelan (Balanese ‘orchestra’), examples of giant environmental Sound Sculptures, Sound Sculpture designed for a new ‘people’s music,’ and so on.

Contributing artists include Harry Partch, Bernard Baschet, François Baschet, Stephan Von Huene, David Jacobs, John Chowning, Walter Wright, David Rothenberg, Lou Harrison, David Rosenboom, Bill Colvig, Corey Fischer, R. Murray Schafer, and others.

 

Film & Lecture

Architecture + Art : Edi Rama & Anri Sala

When former artist Edi Rama became mayor of Tirana in 2000 he immediately set upon a controversial project to enliven the troubled Albanian capital by re-painting the city’s decaying buildings in a riotous array of colour and pattern. An aesthetic and political act, which prompted social transformation, and much debate, through its visualization of signs of change. Three years later Rama and the project became the subject of artist (and friend) Anri Sala’s film, Dammi I Colori. The next year, Rama was voted World Mayor 2004.

1980, 12:20 min, color, sound

 

Reading the billboards, the trash, the cars, the people, and the graffitti of the street as cultural signs, Rosler extracts the network of social power and domination that determines whose culture gets represented where, asking, « Whose culture gets in the magazines and whose culture is required to exist in the street? » A collage of super-8 footage shot while cruising the streets of a predominantly Latino neighborhood with a voiceover of Rosler’s commentary, the tape successfully combines social analysis with everyday observation, drawing attention to the structure of society’s fabric and reevaluating what the dominant culture calls « trash. »

 

 

« Actually I should be alone in the world, I, Steiner, and no living being else. No sun, no culture, me alone on a high rock, no storm, no streets, no banks, no money, no time, no breath. At least then I won’t be afraid anymore. »

 

« En fait je devrais être seul au monde, moi, Steiner, et sinon aucun être vivant. Pas de soleil, pas de culture, moi seul sur un haut rocher, pas de tempête, pas de rues, pas de banques, pas d’argent, pas de temps et pas de respiration. Alors je n’aurais plus peur désormais. »

 

 

Iannis Xenakis: Music and Architecture (2008)

Architectural Projects, Texts, and Realizations

This major work fills a major lacuna in the literature by bringing together for the first time all of the projects, realizations and texts related to architecture by the multi-faceted Xenakis who worked with Le Corbusier for 12 years. Sharon Kanach assisted the composer in gathering the texts for this his last ambitious project.

La Maltournée à Saint-Denis, est un espace « délaissé » depuis la construction des routes qui aujourd’hui l’enserrent. Ce lieu sans destination, accessible sans distinction, permet une socialisation « inventive ». Les passants occasionnels comme fidèles m’ont tracé la carte de La Maltournée avant sa disparition.

Gilles Clément • Le tiers paysage

 

 

Metropolis-movie-poster

Metropolis est un film long-métrage allemand réalisé par Fritz Lang en 1926 dont l’action se situe son action dans une ville futuriste du même nom. À Metropolis, les clivages sociaux et les rapports de classe sont la base de l’organisation de la société : les ouvriers travaillent dur dans les sous-sols crasseux de la cité pour assurer sa survie, dirigés d’une main de fer par la caste des dirigeants, qui réside dans de somptueux jardins suspendus sur les hauteurs de la ville. Le film suit le parcours du fils du maître de la cité, qui cherche à renverser l’ordre établi.

Samuel Beckett – Quad 1

‘Quad’, the first in a series of minimalist experimental television plays made by Beckett in the 1980s for the broadcaster Süddeutscher Rundfunk, operates with a serial game involving the motional pattern of four actors, but equally accommodating four soloists, six duos, and four trios. Four actors, whose coloured hoods make them identifiable yet anonymous, accomplish a relentless closed-circuit drama.

Annika Eriksson – Wir Bleiben / The Last Tenants (2011)

Wir Bleiben / The Last Tenants is a twenty minutes video loop that focuses on the building where Eriksson used to live. Built in 1755 it has survived centuries, decades and two World Wars. Since the wall came down, the neighborhood has been rapidly gentrified. The work is portraying the last tenants of the building: their decision to remain in their apartments and the fight for their rights. In asking the tenants of the building -– her former neighbors – to tell their story, she provides us with a portrait of the building. In the work, the former tenants speak from a moment of occupation, but also from a marked displacement, as if they were trapped in a time pocket.

When Faith Moves Mountains (making of), 15 m 06 s, Lima, Peru 2002

 

Invité à la troisième Biennale de Lima de 2002, Francis Alÿs réalise un projet de grande ampleur qui prend pour titre When Faith Moves Mountains, reprenant la sainte maxime « Quand la foi déplace les montagnes », au pied de la lettre. Le 11 avril 2002, Francis Alÿs parvient à réunir environ 500 volontaires armés de pelles sur la cime d’une dune de Ventanilla, au nord de Lima, une cité bâtie sur un désert qui abrite les quartiers les plus pauvres de la capitale et où de nombreuses habitations illégales ont fleuris. Sans eau ni électricité, cette zone est essentiellement peuplée par des immigrants économiques et des réfugiés politiques qui ont échappé à la guerre civile pendant les années 80 et 90. L’objectif de cette nouvelle communauté, alignée, temporaire, autonome, recrutée principalement chez des universitaires de Lima , est de déplacer une dune de dix centimètres, sur une ligne de 500m. Lentement, toute la journée, ils avancent ensemble, déplaçant un petit monticule de sable devant leurs pieds. La symbolique de l’action collective engage une réévaluation de la notion subjective et politique de la carte et du territoire. Topos versus Utopie en quelque sorte.

Entretien d’Édouard Glissant avec Laure Adler dans « L’invitation au voyage » en 2004.

Thomas Demand – Tunnel (1999)

The film presumably shows a fast-paced tracking shot through the tunnel in which Lady Diana Spencer, Princess of Wales, died in a car crash. At first the viewer seems to remember seeing these images in the media. But in reality the set is a true to life, cardboard mock-up of architectural details. Under closer inspection, one also realizes that instead of reproducing reality Thomas Demand creates a perfectly-constructed model world.

Annual Rings U.S.A./Canada boundary at Fort Kent, Maine and Clair, New Brunswick 1969. Schemata of annual rings severed by political boundary. Time: U.S.A. 1:30 pm; Canada 2:30 pm

Annual Rings U.S.A./Canada boundary at Fort Kent, Maine and Clair, New Brunswick 1969. Schemata of annual rings severed by political boundary. Time: U.S.A. 1:30 pm; Canada 2:30 pm

 

J’ai plusieurs fois essayé de penser à un appartement dans lequel il y aurait une pièce inutile, absolument et délibérément inutile. Ça n’aurait pas été un débarras, ça n’aurait pas été une chambre supplémentaire, ni un couloir, ni un cagibi, ou un recoin. Ç’aurait été un espace sans fonction. Ça n’aurait servi à rien, ça n’aurait renvoyé à rien.

Il m’a été impossible, en dépit de mes efforts, de suivre cette pensée, cette image, jusqu’au bout. Le langage lui-même, me semble-t-il, s’est avéré inapte à décrire ce rien, ce vide, comme si l’on ne pouvait parler que de ce qui est plein, utile, et fonctionnel.

Jacques Tati, Playtime (1967) (extrait)

Codex Seraphinianus [PDF, 55.4mb] 1978.

Born in Rome in 1949, Luigi Serafini is best known for his visual tour-de-force the Codex Seraphinianus. Originally published in 1981 in a strictly limited edition, the Codex is an asemic encyclopedia of an alien world. Lushly illustrated, each of the Codex’s 11 chapters explore what Douglas Hofstadter categorized as both « grotesque and disturbing » and « extreme beautiful and visionary » surreal images of a fictional world. Long considered to be written in an uncrackable code, Serafini admitted in 2009 that the Codex Seraphinianus is actually written asemically in order to echo the feeling that children have when first encountering the written word.

Originally published in Domus 202 / October 1944
I seem to understand that interior design does not mean inventing a new form of a certain piece of furniture, but rather putting a common piece of furniture, a vulgar lounge chair, in the right place
One comes home tired from working all day and finds an uncomfortable chair

Interior designers are generally concerned with making new furniture and inventing a new form for tables, chairs, hangers, armchairs. Let us consider the « armchair » which is the most obvious example. How many different armchairs have you seen in your life? Did you happen to sit on very low chairs (chairs upon which real ladies never sit) or on chairs that were so long

Texte de Françoise Bonardel, 1980

Initialement paru dans le livre, Cartes et figures de la Terre, catalogue de l’exposition organisée par le Centre de Création Industrielle au Centre Georges Pompidou en 1980

JPEG - 57.8 ko

Lignes d’erre retranscrites par Gisèle Durand Ruiz, Graniès, 1974, in Cahiers de l’Immuable /3, revue Recherches n° 24, 1976

« Dans les vagues,

Dans les monts érodés

de la chaîne

hercynienne

Quelques radeaux

d’après le désastre  » …*

Sur ces radeaux, quelques jeunes hommes et femmes, guidés par l’impulsion et l’intuition initiales de F. Deligny, vivent aux côtés d’enfants psychotiques jugés incurables, dans « la vacance du langage »*. S’ils ont, en quelque sorte, « pris le maquis » et sont, comme les enfants qu’on leur a confiés, de singuliers partisans, c’est qu’ils ont entrepris, hors de toute institution, une aventure qui fait peut-être d’eux les contemporains de nos ancêtres primitifs, de « l’homme naturel » de Rousseau, ou encore de ce Victor, enfant-sauvage de l’Aveyron… Au jour le jour, par leurs faits et gestes coutumiers : conduire le troupeau, couper du bois, faire cuire le repas…, ils marquent de leur présence cette terre austère et immuable des Cévennes, transcrivant ensuite ces trajets et multiples « faire » quotidiens en d’innombrables cartes qui « donnent à voir » ce qu’eux-mêmes ignoraient souvent jusqu’alors, et sans quoi les enfants psychotiques resteraient pour eux, et réciproquement, d’irréductibles étrangers. Ce que les cartes révèlent, à travers les nombreux tracés et le transcrit qui en est fait, là où l’enchevêtrement des « lignes d’erre » et des trajets coutumiers constitue un « lieu-chevêtre », c’est l’existence d’un « corps commun » , d’un « Nous primordial » , qui ne saurait être ramené à un noeud de désirs inconscients comme le voudrait la psychanalyse, ni à un héritage de dispositions innées ; c’est bien plutôt « ce quelque chose on nous qui échappe au conjugable », ainsi que tente de le définir Deligny, ou encore ce « fonds commun autiste que nous avons tous on permanence ».