Camp de Bentiu au Soudan • Crédits : UN Photo - JC Mcllwaine

Le campement, avenir de l’architecture ?

Nomades, voyageurs, infortunés, réfugiés, conquérants, contestataires: voilà six catégories de campements que la Cité Chaillot a choisit d’explorer dans une exposition qui ouvre ce mercredi 13 avril. Comment habiter l’éphémère ? Comment construire avec les moyens du bord ? Souvent en marge des villes, les campements passent pourtant rarement inaperçus, ils prennent une place importante dans l’actualité – et dans l’imaginaire collectif.

A l’occasion de l’ouverture de l’exposition « Habiter le campement » à la Cité de l’architecture et du patrimoine, nous discutons de l’habitat provisoire en compagnie de deux architectes : Patrick Bouchain et Philippe Trétiack.

Patrick Bouchain dirige la collection L’impensé chez Actes Sud, qui co-édite le catalogue de l’exposition. Ce constructeur est notamment l’auteur du Centre Pompidou mobile, un musée itinérant qui a sillonné la France de 2011 à 2013, et du théâtre équestre Zingaro au Fort d’Aubervilliers. Il a également été l’architecte invité du pavillon français lors de la 10e Biennale internationale d’architecture de 2006, qu’il transforme en… habitation – avec cuisine, bar et dortoir. Patrick Bouchain est par ailleurs connu pour avoir transformé plusieurs friches industrielles en lieux culturels, à l’image du Lieu unique à Nantes, et pour avoir préféré la rénovation de logements sociaux à leur destruction-reconstruction.

Pour dialoguer avec lui : Philippe Trétiack, architecte, urbaniste, journaliste et écrivain, qui signe L’Architecture à toute vitesse (Seuil, mars 2016), une compilation de courts récits autour de bâtiments, de villes rencontrées au fil des années, dont il est chaque fois tiré une règle d’architecture. Philippe Trétiack est également l’auteur de Faut-il pendre les architectes ? (Seuil, 2011).

« Habiter le campement », du 13 avril au 29 août à la Cité de l’architecture et du patrimoine.

Pour aller plus loin : cliquez ici pour accéder au site de l’association PEROU, laboratoire de recherche sur la ville conçu pour « faire s’articuler action sociale et action architecturale ».

 

Radio France Culture

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *